Une “révolution” silencieuse (3)

Cet article fait partit d’une série de trois articles (Nos choix, L’allaitement étendu, Le co-dodo).

This article is part of a series of three articles, for a short summary in English, look here.

Le co-dodo

Le co-dodo est un autre sujet tabou. Peur de l’étouffement de l’enfant et en général de mort subite du nourrisson (SIDS en Anglais ou MSN en Français), il est fortement déconseillé de le pratiquer.

Suivant ces recommandations, j’ai préféré allaiter dans le canapé ou dans une chaise la nuit afin d’être sure de ne pas m’endormir dans le lit. La conséquence, évidemment, était que je m’endormais dans le canapé, mon fils dans les bras.

En Grande-Bretagne, suite à plusieurs cas de MSN dans des canapés et chaises à bascule, les recommandations sont en train d’être revues. Les nouvelles recommandations britanniques vont apparemment conseiller aux parents de garder les enfants dans leur chambre dans les premiers mois, si ce n’est dans leur lit. En effet, garder les nourrissons dans la chambre des parents au moins six mois diminue le risque de MSN.

Une étude récente a également démontré que le co-dodo avait un impact positif sur le rythme cardiaque des nourrissons, diminuant leur rythme cardiaque jusqu’à trois en comparaison des nourrissons dormant seuls (Daily Mail).

Les parents sont très fatigués dans les premiers mois, et avec l’allaitement, il est pratiquement impossible de ne pas s’endormir avec son enfant dans les bras dans un environnement potentiellement plus dangereux que le lit familial, si ce dernier est bien aménagé, et avec une mère allaitante, non-fumeuse, sobre et en bonne santé physique (lire les recommandations pour du co-dodo en sécurité; aussi : Maman pour la vie; et en Anglais : Cosleeping Safety Guide; Cosleeping Guidelines). Dormir mieux, allaiter et garder son enfant à proximité… 😉

Une solution alternative trouvée par certaines familles est de ne pas allaiter la nuit et de combiner cela avec de l’entraînement au sommeil – comme on dit, chacun voit midi à sa porte, s’il a faim, même la nuit, je préfère le nourrir 🙂

En ce qui nous concerne, nous avons tenu 5 mois avec notre fils dans notre chambre mais pas dans notre lit, à s’endormir presque toutes les nuits dans le canapé. A 5 mois j’ai commencé à le prendre dans le lit pour l’allaiter puis à le remettre dans son lit (en m’endormant ou en combattant le sommeil bien qu’extrêmement fatiguée). Nous l’avons ensuite bougé dans sa chambre, suite à quoi j’ai passé de plus en plus de temps dans la chaise à bascule pour l’allaiter, l’endormir et le rendormir. Un mois plus tard il commençait à dormir dans notre lit, seulement tôt le matin tout d’abord, puis lors du 2ème ou 3éme allaitement de la nuit, puis lors du premier.

Depuis peu il dort toutes les nuits dans notre lit, dès le début de la nuit. J’ai en effet découvert que lorsque je le mettait dans notre lit dès le début, il ne se réveillait qu’une fois de 20h à 8h du matin. Si par contre je le mettais dans son lit au démarrage de la nuit, il se réveillait au bout d’une heure, puis toutes les 3h, même si je le mettais dans notre lit en cours de nuit. Je m’étais aperçue de ce phénomène quelques mois plus tôt, mais refusant de l’avoir dans notre lit toute la nuit, avait décidé de l’ignorer – décision ridicule avec le recul, j’aurais mieux dormit depuis des mois, lui aussi, et le lit est bien assez grand !

Une critique récurrente concernant le co-dodo est que cela donne de mauvaises habitudes aux enfants, qu’ils ne pourront jamais dormir seul. Toutes les personnes ayant pratiquées le co-dodo au fil des années le confirme : les enfants apprennent tous à dormir dans leur propre lit à un moment ! Par contre cela peut ne pas être avant l’âge de 3 ou 4 ans

Une auteure de blog a récemment écrit un article très éloquent sur le sujet (en Anglais) : Hectic and Clueless. L’article démarre avec la notion que votre petit bout était dans votre ventre, au chaud à écouter le bruit de votre cœur et de votre intérieur, puis il sort, et d’un seul coup il faudrait qu’il dorme seul. Oust t’es grand maintenant, dort tout seul ! J’aime aussi particulièrement le paragraphe où elle répond à des critiques en disant (traduction) : “Occupez-vous de vos affaires. Si ça ne me pose pas de problème, pourquoi essayez-vous d’en faire votre problème ? Dormez-VOUS seul ? Non ? Vous dormez avec quelqu’un ? Vous AIMEZ ça ? Vous AIMEZ avoir quelqu’un à câliner ? C’est marrant ça, mon fils aussi.”

Enfin, un très bon conseil fournit par le LLL est de se renseigner. Même si vous ne comptez pas faire du co-dodo, renseignez-vous – au cas où vous changeriez d’avis, lors d’une nuit sans sommeil alors que votre nourrisson veut dormir avec vous, et que les seules options sont les bras et le canapé, ou le lit.

Conclusion à la série d’articles

En tant que parents, nous avons pris les décisions avec lesquelles nous étions et sommes confortables, contrairement aux alternatives avec lesquelles nous ne l’étions pas.

Cela n’est pas en soi un problème, mais cela peut le devenir face à des positions figées ou agressives…

Hors, il nous semble qu’en France un très (trop ?) grand accent est mis sur l’indépendance des mères et le rapprochement du couple, possiblement au détriment des besoins de l’enfant.

Il ne nous paraît pas nécessaire d’avoir un lit à soi pour être proches, et conjointement avec cette idée de l’enfant manipulateur (qui ne réclame pas par besoin mais par caprice, et à qui nous devons apprendre a se séparer de nous, à être seul et indépendant dès le plus jeune âge au risque qu’il ne soit jamais indépendant et au risque de ne jamais retrouver notre indépendance de femme) ces idées sont pour nous des notions datées, voir dangereuses pour le développement de notre fils et de notre relation parents-enfant.

On nous dit régulièrement qu’il est facile à vivre, peut être faut-il y voir un lien avec notre manière de nous occuper de lui ? 🙂

Pour un article plus succin sur le maternage (puisqu’apparemment c’est ce que nous pratiquons :)) : Parents.fr/Les Pratiques de maternage les plus courantes.

Advertisements

2 thoughts on “Une “révolution” silencieuse (3)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s